Alicja Kwade

Alicja Kwade

TrialTurn, 2017

Acier inoxydable, brique

Ø 150 cm – 12 Bricks / Ø 180 cm – 24 Bricks

 

Courtesy de l’artiste et Kamel Mennour, Paris/London

 

 

Sur le plan formel, l’oeuvre puise son inspiration dans l’apparence de ce qu’on appelle les “wormholes," ou trous de ver. Les « wormholes » sont des structures théoriques qui relient deux endroits ou deux dimensions de l’univers. Les sculptures obéissent à des règles formelles plutôt strictes, leur positionnement suit les trois axes de l’espace dimensionnel, elles abordent des thématiques telles que les univers parallèles et la quatrième dimension.

L’agencement des tuyaux et des entonnoirs rappellent une machine en marche, soudainement figée. Le spectateur découvre une structure qui lui permet de visualiser l’espace entre différentes dimensions. L’interaction entre l’œuvre et le spectateur est en elle-même l’exemple de ce que c’est de traverser des dimensions et des formes sans rencontres.

L’utilisation du cuivre est à retenir : ce métal puise ses origines dans la période des supernovas, et il est par conséquent, pur et d’origine stellaire. En outre, le cuivre arbore de nombreux atouts et attributs essentiels qui communiquent la symbolique et la thématique de l’œuvre, tout en la complétant élégamment.

 

Née en 1979 à Katowice en Pologne, Alicja Kwade vit et travaille à Berlin. En jouant sur la matière, les systèmes établis de valeur, les objets et leur perception, l’art d’Alicja Kwade explore les notions de temps et d’espace.